Direct life : Manif monstre anti-OTAN dans les rues de Chicago

21 Mai

http://www.ustream.tv/embed/recorded/22749947

Video streaming by Ustream

Des échauffourées ont éclaté dimanche après-midi entre manifestants anti-OTAN et la police dans les rues de Chicago où se tient un sommet de l’Alliance atlantique, les forces de l’ordre procédant à des interpellations parfois musclées.

Les arrestations ont eu lieu après que des manifestants eurent jeté des projectiles sur un cordon de police anti-émeute, non loin du centre de conférences où étaient réunis les chefs d’Etat et de gouvernement de l’OTAN.

Des images des télévisions américaines ont montré des policiers équipés de matraques frapper des manifestants. Plusieurs protestataires ont été menottés mais il n’était pas clair dans l’immédiat s’ils ont été effectivement arrêtés.

«Restez, il faut prendre position», ont scandé des manifestants refusant de partir malgré les sommations de la police.

Plusieurs milliers de personnes s’étaient rassemblées dans le calme dans l’après-midi, des militants pacifistes et du mouvement Occupy pour l’essentiel, pour protester contre le sommet de l’OTAN et réclamer que les Etats dépensent moins pour la défense et plus pour l’éducation.

Ils ont été rejoints par un groupe d’anciens combattants, dont certains en uniforme, qui assuraient marcher en faveur de la paix.

Les militants ont envahi les rues quasiment vides du centre historique, fortement encadrés par des forces de l’ordre à pied, à vélo ou à cheval.

Rassemblés à l’appel d’une pléthore d’associations, ils n’avaient pas été autorisés à s’approcher du centre des congrès au bord du lac Michigan.

«Nous voulons la paix», a expliqué Isabel Olivia, une lycéenne de 18 ans brandissant une pancarte rose «No Nato» («Non à l’OTAN»). «Ils dépensent des fortunes dans les guerres au lieu de l’éducation… Et nous ne pouvons pas aller à l’université car c’est trop cher».

Kevin Cunningham, un charpentier de Chicago, tenait à bout de bras un cerf-volant obtenu lors d’une démonstration organisée la veille par l’OTAN. Sur le sien, il a écrit: «faites voler des cerfs-volants, pas des drones».

Selon ce père de deux enfants, l’OTAN devrait être démembrée et l’argent des impôts dépensé dans la santé et l’éducation.

Pour accueillir le sommet de l’OTAN, Chicago a placé son centre-ville sous haute sécurité, certaines rues étant fermées à la circulation.

La police et les organisateurs des manifestations se sont engagés à tout faire pour éviter les troubles qui avaient marqué les sommets du G20 de Londres et de Toronto ou encore les émeutes qui avaient émaillé la convention du parti démocrate en 1968 à Chicago.

Agence France-Presse
Chicago

Publicités

Homer Simpson en Che Guevara

20 Mai

Résister à la Loi 78 en 15 points

20 Mai

Un texte que le philosophe Daniel Weinstock vient de publier sur Facebook, invitant ses amis à le diffuser.

 

Devant la nouvelle noirceur qui s’abat sur le Québec, j’ai pensé qu’il était de mon devoir de tenter de résumer aussi simplement que possible les raisons qui me font penser qu’il faut résister à la loi 78.

  1. Les droits individuels sont un rempart institutionnel fondamental protégeant les citoyens contre les abus de pouvoir de l’État.
  2. Même des représentant élus démocratiquement peuvent abuser de leurs pouvoirs.
  3. En démocratie, les droits de s’associer, de s’exprimer, de protester, revêtent un caractère tout à fait fondamental.
  4. Ces droits doivent être reconnus à tous, surtout à ceux qui défendent dans le respect des normes démocratiques et libérales des points de vue dissidents et impopulaires.
  5. Le caractère fondamental de ces droits fait qu’ils ne peuvent être circonscrits qu’avec la plus grande parcimonie.
  6. La situation actuelle au Québec n’appelle pas une limitation aussi draconienne que celle qui a été posée par le gouvernement du Parti Libéral par son odieuse et honteuse Loi 78. Le gouvernement par son refus d’engagement démocratique avec le mouvement étudiant a contribué à la dégradation du climat social. Les dérives qui se font sentir dans ce climat, engendré en partie par le gouvernement, peuvent par ailleurs être régies par les dispositifs juridiques existant, dont ceux du code criminel.
  7. Que l’on soit d’accord avec eux ou pas sur la question de la hausse des frais, les étudiants posent des questions qui sont légitimes, et qui méritent une réponse respectueuse.
  8. Ils n’ont reçu pour réponses de la part du gouvernement que mépris, bastonnades, injonctions, et maintenant, répression.
  9. Les tribunaux sont chargés de faire respecter les droits des citoyens contre les dérives autoritaires des gouvernements. On peut penser qu’ils ne feront qu’une bouchée de la loi 78.
  10. Les tribunaux ne peuvent cependant pas être les seuls remparts contre les abus de pouvoir et les dérives autoritaires des gouvernements. Les contestations juridiques sont longues et coûteuses, et les lois liberticides peuvent causer beaucoup de dégats avant qu’elles ne soient annulées par les tribunaux.
  11. Il faut également que les représentants démocratiquement élus, par delà leurs loyautés partisanes, s’érigent en défenseurs des principes et des institutions les plus fondamentaux de la démocratie, et refusent de voter des lois liberticides.
  12. Il faut également des citoyens qui sont disposés à user de leurs droits civils et démocratiques. Sinon, ces droits ne sont plus que des paroles creuses. Nous devons savoir gré au mouvement étudiant d’avoir été à la hauteur de cette responsabilité citoyenne.
  13. Il s’agit d’une conception bien anémique de la démocratie que celle selon laquelle ce n’est qu’au moment de voter tous les 4 ans que l’on exerce des droits démocratiques, la responsabilité du citoyen à tout autre moment n’étant que d’obéir. Cela ressemble plutôt à la « douce tyrannie » dont parlait Tocqueville. Or, c’est cette conception de la démocratie qui semble être mise de l’avant par ceux — chroniqueurs, politiciens — qui défendent cette odieuse loi.
  14. Il est souvent arrivé, dans l’histoire récente, que des limitations importantes de droits individuels imposées au nom de l’ordre public aient initialement été applaudies par une majorité de la population des États concernés. Ces populations ont vite appris que les droits ne sont gagnés qu’au terme de longues luttes, mais ils peuvent être perdus en un clin d’oeil. Et une fois perdus, ils le sont pour TOUS les citoyens.
  15. La désobéissance civile est parfois apparue dans de tels contextes comme un puissant instrument de contestation. Elle a été théorisée par des philosophes aussi importants pour la tradition de la démocratie libérale que le sont Thoreau et Rawls, et elle a été mise en oeuvre par Martin Luther King et par Gandhi, pour ne nommer qu’eux.

Source : http://voir.ca/elise-desaulniers/2012/05/20/resister-a-la-loi-78-en-15-points/

Clip : Psykokondriak – Révolution

19 Mai

Psykokondriak (P3K ), groupe de fusion Rap/Rock, c’est :

  • la basse Maître EscarrFesses,
  • la batterie MarK Oreill 
  • la guitare Docteur iToad
  •  au mic Sieur RapAs  
  • aux platines DJ Stamiff aka Frog-E-Fresh

Ils préparent actuellement un EP dont voici déjà 2 extraits

REVOLUTION

KIAI

Reportage TV : Consommateurs pris au piège.

19 Mai

Reportage TV : Uranium et Thorium – scandale en puissance chez les militaires.

19 Mai

Decodage : La signification symbolique cachée du film « 2012 »

18 Mai

Le film-catastrophe  »2012 » parle de la destruction presque totale de la planète Terre en accord avec les prédictions faites par les anciens mayas, il y a des milliers d’années. Alors que la majorité du film est centrée sur des explosions spectaculaires et des effets spéciaux impressionnants,  »2012 » communique aussi des messages et le symbolisme des plans de l’élite pour le Nouveau Monde et l’arrivée de l’Ère du Verseau.

Sorti en 2009, le film 2012 de Roland Emmerich joue sur les peurs et la panique engendrés par le  »Oh-mon-Dieu-les-mayas-ont-dit-que-nous-allions-tous-mourir-en-2012 ». Le scénario d’apocalypse du film décrit avec des détails frappants les pires peurs des gens à propose de 2012 : la destruction totale et la mort de tous …Bon, presque tous. Alors qu’une bonne partie des deux heures et demie du film est dédiée à la destruction, 2012 contient de nombreuses références bibliques, mythologiques et historiques qui donnent à l’histoire un sens implicite plus profond. De plus, il y a un message spécifique délivré par la manière dont la crise a été gérée dans le film. Il dit en gros :  »Si quelque chose arrive, les riches et les puissants vivront et le reste d’entre vous les dupés vous mourrez ».
Dans l’article intitulé ‘Contagion’ ou comment les films-catastrophe  »éduquent » les masses (traduit et publié sur le BBB, ICI), notre discussion portait sur la manière dont les films-catastrophe sont un important outil d’endoctrinement qui présentent et font accepter des  »réponses politiques » spécifiques aux crises majeures. Dans 2012, la réponse politique au méga-cataclysme qui menace la Terre est plutôt déstabilisant : l’élite mondiale est au courant de 2012 quelques années en avance, fait des plans secrets pour sa propre mission de sauvetage (tout en laissant les masses dans le noir) et quitte le monde mourant en créant un nouveau monde uniquement peuplé de l’élite. Quelques rares personnes  »ordinaires » se débrouillent pour infiltrer les vaisseaux de l’élite. Leur survie avec les riches et puissants du monde constitue apparemment un dénouement heureux.

Quand j’ai eu fini de voir le film la première fois, je ne me sentais pas spécialement heureux d’avoir dépensé quelques dollars pour voir en fait un film qui prédit ma mort et la mort de tous ceux que je connais alors que l’élite embarque sur des vaisseaux géants pour démarrer un nouveau monde par eux-mêmes. C’est un peu insultant.
Le film prédit-il précisément ce qui va se passer le 23 décembre 2012 ? Probablement non (on l’espère), mais je pense que le film utilise une tactique sur la peur de 2012 pour communiquer des messages spécifiques aux masses concernant les plans de l’élite pour un Nouvel Ordre Mondial et l’arrivée de l’Ère du Verseau. Regardons les scènes du film les plus symboliques.

Les préparatifs 

Le film se passe en 2009 et commence avec un événement cosmique qui déclenche un cataclysme : un alignement planétaire.

 Un alignement de corps astronomiques cause une série d’événements qui mènent à la destruction de la Terre. À un niveau ésotérique, l’alignement d’astres représente l’aube d’une nouvelle ère – ce que certains peuvent appeler l’Ère du Verseau.

Sur Terre, quelques scientifiques découvrent que des éruptions solaires massives élèvent la température au cœur de la planète. Adrian Helmsley, un géologue américain, réalise que la fin du monde approche rapidement. Il se rue à Washington DC pour informer le niveau le plus élevé du pouvoir que des mesures doivent être prises, mais il s’avère que l’élite gouvernante mondiale n’est pas juste parfaitement informée de l’arrivée de la catastrophe, mais qu’elle travaille secrètement à des plans de sauvetage depuis des années. L’élite prend des mesures pour préserver la vie de ceux qui en sont jugés dignes et réunit les plus importants objets de la Terre pour les apporter dans le nouveau monde.

 Dans cette scène, la Mona Lisa du Louvre est un faux. La vraie peinture sera emportée dans le monde post-apocalyptique.

Les seuls à connaître le plan de sauvetage sont les gens les plus puissants du monde. Des billets ont été aussi vendus à des individus privés. Le prix ? Un milliard d’euros … par personne. En d’autres mots, il n’y a aucun moyen qu’une personne ordinaire survive. Et tout cela fait partie du plan.
Pendant ce temps, comme d’habitude, les masses sont décrites comme un troupeau d’idiots, enclin à la panique et la violence.

Comme c’est le cas dans la plupart des films-catastrophe, les masses sont dépeintes comme un  »troupeau déconcerté » qui ne peut agir comme des civilisés. Alors que l’élite programme sa fuite, les masses sont montrées en train de se révolter durant un meeting du G8. En voyant comment les gens sont vus agir en temps de crise, on pourrait être incliné à penser : peut-être que l’élite fait bien en cachant la vérité aux masses…

Cette conspiration massive contre le public est un secret de polichinelle. Quelques personnages éminents découvrent la laide vérité et tentent d’avertir le public, mais ils sont rapidement mis au silence.

Quand le directeur du Louvre découvre les plans de l’élite, il demande une conférence de presse pour révéler la vérité au monde entier. Il meurt ensuite d’un  »mystérieux » accident de voiture, juste avant sa déclaration.

Il y a des éléments intéressants à propos de  »l’accident » de voiture qui a tué le directeur du musée français. D’abord, il est clairement dit dans le film que l’accident survient dans le tunnel du Pont de l’Alma … le même tunnel où la princesse Diana a perdu la vie dans un étrange accident de voiture. Dans mon article, La mort et le mémorial de la princesse Diana, la signification occulte, j’ai expliqué le symbolisme du tunnel du Pont de l’Alma et comment la mort de Lady Di avait tous les critères d’un sacrifice rituel. La mort du directeur du musée exactement au même endroit pourrait être le moyen pour que le film dise que sa mort était un sacrifice rituel de l’élite. Le film pourrait aussi dire indirectement :  »Si la mort du directeur du musée dans le tunnel était un meurtre déguisé en accident, que pensez-vous qu’il soit arrivé à Lady Di ? »
On découvre plus tard que le directeur du musée n’est pas le seul indicateur qui perd mystérieusement la vie. De nombreuses autres personnes qui se préoccupaient de bien-être meurent aussi dans d’étranges circonstances pendant les préparatifs secrets de l’élite.

Un théoricien du complot a consacré un mur entier à des coupures de presse sur des gens tués par l’élite.

Toutes les prises de décision de l’élite sont faites en secret et par des réunions secrètes et impliquent uniquement les gens les plus puissants du monde.

 Pendant ce temps, le public est agité, au point que les JO de Londres sont suspendus. Le film prédit-il des événements à venir ?

Alors que tout ceci se passe, le gouvernement chinois a pris en charge la construction de bateaux gigantesques nommés  »arches » qui permettront à l’élite de survivre à 2012.

Adieu Atlantide

Le héros du film est Jackson Curtis, un père divorcé ordinaire, qui découvre la vérité et tente d’embarquer sur l’une des arches pour survivre.

Jackson Curtis et ses enfants sont avertis par l’armée américaine de quitter le parc national. On ne leur dit pas pourquoi parce que le public n’est pas autorisé à savoir pour la venue de la catastrophe à venir de 2012.

Jackson Curtis est l’écrivain plutôt raté d’un livre qui s’intitule Adieu Atlantide, qui est très symbolique dans le contexte du film. Atlantis est le nom d’un continent fabuleux qui a été submergé par une inondation il y a plusieurs millénaires. La légende dit que la civilisation hautement avancée qui fleurissait sur ce continent a disparu, mais que quelques survivants de l’Atlantide ont pu naviguer vers des endroits comme l’Égypte, l’Amérique et l’Asie, où ils devinrent de grands enseignants pour les indigènes. L’Atlantide est d’une grande importance dans les mystères occultes de l’élite car elle croit que le continent a existé en réalité et qu’il fut à l’origine de la connaissance occulte du monde. Les atlantes qui naviguèrent vers des pays lointains pour échapper au déluge sont vus comme les enseignants de la connaissance ésotérique des anciens égyptiens, des mayas et peut-être aussi des celtes. Les écoles de mystères déclarent souvent que l’histoire biblique du déluge est, en fait, l’histoire de la disparition de l’Atlantide. Elles prétendent aussi que de nombreuses cultures anciennes possèdent des histoires semblables dans leur folklore.
Les sociétés secrètes d’aujourd’hui considèrent et se réfèrent à l’Amérique comme la Nouvelle Atlantide, pays fondé sur les principes de la Franc-Maçonnerie et le rosicrucianisme, descendants supposés des mystères atlantes.

 Le livre de Francis Bacon de 1605 « La Nouvelle Atlantide » décrit une société idéale où la science et la raison seraient des règles, selon les principes de la Franc-Maçonnerie et du rosicrucianisme. On dit que le livre est le programme de fondation de l’Amérique. Bacon est connu pour avoir écrit  »La connaissance est le pouvoir », phrase célèbre qui a de profondes résonances chez les rosicruciens et qui est représentée de manière bien visible dans la Bibliothèque US du Congrès.

Alors que La Nouvelle Atlantide de Francis Bacon laissait présager de la fondation de l’Amérique, le roman de Jackson Curtis,  »Adieu Atlantide » laisse présager sa destruction. De la même façon que l’Atlantide a été complètement submergée, l’Amérique, le repaire de l’élite occulte d’aujourd’hui, vivra un destin identique. Les quelques rares chanceux qui embarqueront dans la version moderne de l’Arche de Noé auront la tâche de fonder un nouveau monde – et le film déclare subtilement quelles seront les institutions à subsister et lesquelles disparaîtront.

La catastrophe

Le film progressant, la Terre commence à s’échauffer et des fissures apparaissent à Los Angeles. Bien qu’il soit certain qu’une catastrophe majeure est sur le point d’arriver, les médias de masse (en collusion avec l’élite, dans le film et dans la vie réelle) minimise tout afin de garder la population calme et oublieuse du fait que c’est la fin du monde. Le seul gars n’appartenant pas à l’élite qui semble au courant de ce qu’il se passe est un vieux fou théoricien de la conspiration qui vit dans les bois (il semble, selon les films d’Hollywood, que les chercheurs de vérité ne puissent être pondérés et rationnels).

Charlie Frost est un théoricien de la conspiration fou qui anime une émission de radio et qui gère un site web secondaire. Il connaît en fait la vérité et il a raison sur tout, il est pourtant dépeint à la fin comme un fou total. Savoir la vérité n’est pas  »cool » dans les films d’Hollywood. 

Charlie Frost décrit à Jackson Curtis tout ce qui va arriver et lui fournit même une carte pour aller aux arches.

La carte pour se rendre aux arches est commodément placée dans les  »dossiers conspirationnistes » de Charlie Frost, juste à côté de documents sur Marilyn Monroe. Un petit clin d’oeil à la dernière esclave présidentielle sous contrôle mental ?

Pendant que le monde tombe en miettes, des membres de l’élite reçoivent un important message top-secret  sur leurs téléphones mobiles.

Quand les choses deviennent sérieuses, des membres de l’élite sont informés qu’il est temps d’embarquer sur les arches et de laisser le reste du monde mourir.

Quand l’enfer commence à se déchaîner sur Terre, on nous montre plusieurs monuments importants qui sont détruits. Ces scènes ne sont pas seulement spectaculaires mais elles représentent aussi la chute d’institutions importantes à l’entrée dans l’ère du Verseau. Dans une des scènes, on montre le célèbre monument brésilien du Christ rédempteur s’effondrer de la même manière que les statues de Saddam Hussein après la Guerre du Golfe.

Cela symbolise-t-il la chute du christianisme dans le futur de la nouvelle ère ?

Dans une autre scène, la basilique St Pierre du Vatican,  »épicentre » de la foi catholique, tombe sur les fidèles et tue des milliers de gens qui s’étaient rassemblés pour prier.

Dans cette scène symbolique, une fissure se forme sur la fresque de Michel Ange dans la chapelle Sixtine, juste entre les doigts de Dieu et d’Adam – ce qui peut représenter la fin de la connexion entre l’humanité et le divin. Le nouveau monde de l’élite est-il dépourvu de la touche divine ?

On montre aussi durant le film que d’autres religions sont détruites. Selon un article du Guardian, 2012 était supposé contenir une scène montrant la destruction de la Kabaa (construction cubique noire dans une mosquée de La Mecque, vers laquelle se tournent les musulmans pour prier, NdT), le site de la foi musulmane. Pourtant la scène était axée sur la peur d’un contrecoup de groupes islamiques. Le nouveau monde de l’élite n’est donc pas seulement dépourvu du christianisme, mais de toutes les grandes religions – l’un des buts du N.O.M.
2012 ne montre pas seulement la destruction de monuments religieux, mais aussi de repères politiques. Ces scènes symbolisent la chute de nations avant la formation d’un seul gouvernement mondial.

 

La Maison Blanche, symbole américain du pouvoir est frappée par l’un de ses navires de guerre et emportée par une vague gigantesque. Dans le nouveau monde de l’élite, il n’est pas question de puissances nationales et d’une puissance militaire : il est question d’un seul gouvernement mondial et d’une seule armée.

Le président américain s’adresse à la nation pour la dernière fois. Le  »chef du monde libre » reste symboliquement à Washington DC pour mourir avec les gens ordinaires. En d’autres termes, la représentation du peuple (supposé) démocratiquement élu n’a pas de place dans le gouvernement du nouveau monde.

L’arche de Noé de l’élite

 Plusieurs arches gigantesques ont été secrètement construites en Chine.

Alors que la plus grande partie de la population mondiale est tuée par les inondations et les séismes, les  »élus » partent pour la Chine pour embarquer sur les arches.

Dans cette claire allusion à l’histoire biblique de l’arche de Noé, on montre des animaux emmenés vers les bateaux par hélicoptère.

L’entrée dans ces arches est loin d’être équitable et est réservée à ceux qui sont  »l’un d’entre eux ». Par exemple, on laisse mourir le scientifique indien qui a découvert l’arrivée du cataclysme de 2012, alors que d’avides milliardaires russes ont droit d’accès.

Bien sûr, en tant que membre de l’élite occulte mondiale, la reine d’Angleterre a un droit d’accès aux navires. Parce que son crâne couvert d’un chapeau sera très utile à l’humanité dans l’avenir !

Une série de scènes à suspense insensées se passe quand Jackson Curtis et sa famille tentent d’entrer illégalement dans l’une d’entre elles. Voyant comment de nombreuses personnes sont laissées mourir, le scientifique Adrian Helmsley fait l’inévitable discours sur la manière dont nous humains devons nous serrer les coudes et ainsi de suite. Pourtant on ne le voit laisser sa place à quiconque et les gens continuent à mourir …sauf l’élité. Donc, malgré les monologues moralisateurs sur le soin mutuel à s’apporter, le plan de l’élite s’accomplit comme prévu et seuls ceux qui étaient choisis pour survivre survivent.

Après la catastrophe, l’humanité entre dans une nouvelle ère et remet le calendrier à l’an 0001. l’ancien calendrier était basé sur la naissance de Jésus – ce qui est associé ésotériquement à l’ère des Poissons. La remise à jour du calendrier signifie que l’ère du Christ est terminée. C’est le début de l’ère du Verseau.

À la fin du film, le monde entier est complètement submergé, sauf le continent africain. Les arches naviguent vers le berceau de la civilisation pour démarrer à neuf dans un endroit symboliquement nommé  »Cap de l’espoir ». Est-ce un happy end ? Cela dépend si vous faites partie de l’élite ou des 99 % du reste du monde qui a disparu.

L’ère du Verseau

Les écoles ésotériques enseignent qu’une  »Grande Année solaire » est une période de temps pendant laquelle le soleil parcourt les constellations du zodiaque sur une durée de 25.000 ans. Tous les 2000 ans (plus ou moins) le soleil entre dans une nouvelle constellation zodiacale et l’humanité, quoique de manière inconsciente, adopte le symbolisme qui est relié à ce signe zodiacal. Depuis presque 2000 ans le soleil se trouvait dans la constellation des Poissons (représentée par deux poissons), signifiant que nous sommes dans l’ère des Poissons. Assez bizarrement, le christianisme a toujours été représenté par le symbole du poisson (c’est à dire Jésus). Tous les 2000 ans, le soleil se déplace vers le signe précédent du zodiaque, ce qui veut dire que le monde est prêt d’entrer dans l’ère du Verseau.
En montrant la chute des symboles chrétiens et l’émergence d’un nouveau monde après un déluge, le film 2012 semble annoncer l’arrivée de l’ère du Verseau.

Le signe astrologique du Verseau consiste en un porteur d’amphore versant de l’eau. Dans la mythologie grecque, le porteur d’amphore est tenu pour responsable du déluge qui a probablement causé la disparition de l’Atlantide.

Comme le symbole du signe du Verseau est un homme versant de l’eau et qu’on l’associe basiquement au déluge légendaire, il est plutôt approprié de représenter la venue de l’ère du Verseau par une inondation qui submerge la nouvelle Atlantide, c’est à dire l’Amérique.

En conclusion

Alors que 2012 est souvent décrit comme une orgie d’explosions et d’effets spéciaux, le film distribue néanmoins de nombreux messages et moments symboliques. Ses références à des concepts historiques, bibliques, mythologiques et ésotériques donnent au film une réalité plus profonde, qui correspond à la vision du monde de l’élite occulte actuelle. Bien que le monde n’explosera ni ne brûlera le 23 décembre 2012, le film utilise une peur reliée au calendrier maya pour communiquer ses plans pour le futur. La chute des religions, la dissolution des nations et la glorification d’une élite choisie sur le dos des masses ignares. Tout ce qui arrive dans le film est en concordance avec les  »dix commandements » trouvés sur les Guidestones de Georgie. En voici quelques-uns :  »Maintenir l’humanité en dessous de 500 millions en équilibre perpétuel avec la nature »,  »Unir l’humanité par une nouvelle langue vivante » etc. La manière dont les choses vont se poursuivre rappelle également les histoires symboliques écrites sur les parois prophétiques qu’on voit à l’aéroport international de Denver et celles de la Bank of América. Ces deux scénarios dépeignent une période de grande tribulation, de destruction et d’oppression suivie de la fondation d’un nouveau monde basé sur les principes de l’élite.

Sur un plan plus ésotérique, le film compare l’Amérique à l’Atlantide, civilisation avancée qui fut détruite par un déluge. Les survivants de l’ancienne Atlantide, qu’on dit être ceux à l’origine des traditions occultes des sociétés secrètes, ont continué à perpétuer leurs connaissances à travers le monde.

Et alors qu’on dit que des éruptions solaires seraient la cause de la catastrophe de 2012, des inondations majeures sont la cause de la destruction de la Terre. Par ce symbolisme, le film semble annoncer la fin de l’ère des Poissons et l’arrivée de l’ère du Verseau.

Il y a donc beaucoup plus dans 2012 que ce que les yeux voient vraiment. Malheureusement, comme c’est souvent le cas dans les médias de masse, les messages communiqués ne sont ni éclairants ni inspirants. Tout au contraire, le film narre essentiellement l’histoire d’une gigantesque conspiration contre le peuple, avec des dissimulations et des meurtres. À la fin, l’élite sauve ses fesses et laisse des milliards de gens mourir. Pour comble de malheur, cette conspiration est présentée comme la seule solution valable pour une telle crise. Le public est-il prêt pour une crise majeure qui sera résolue par la proclamation du N.O.M.? Comme le déclare clairement l’affiche de promotion du film :  »Nous étions prévenus ».

The Vigilant Citizen

Traduit par Hélios du  Bistro Bar Blog

Les Indignés espagnols ferment leurs comptes en banque pour dénoncer les saisies immobilières….

18 Mai

Non loin de la Puerta del Sol, célèbre place madrilène qui a vu naître le mouvement des Indignés il y a tout juste un an, une file d’attente s’allonge à l’entrée d’une banque. Des dizaines de personnes ont décidé de retirer leur argent pour protester contre Bankia, une banque coutumière des saisies immobilières que l’État a décidé de renflouer.

Lundi 14 mai, des clients de Bankia ont protesté devant le siège de leur banque contre l’entrée de l’État dans son capital. Le gouvernement l’a décidé la semaine dernière dans le but d’assainir les actifs toxiques du groupe, par ailleurs noté BBB par l’agence de notation Standart & Poor’s. Ecœurés, des clients ont découpé leur carte de crédit et leurs papiers de banque devant le bâtiment.

Quatrième banque cotée d’Espagne, Bankia est née en 2010 de la fusion de sept caisses d’épargne alors en difficultés. Sa nationalisation consistera à transformer 4,5 milliards de sa dette en actions, que l’État détiendra ensuite à 45 % pour en devenir le principal actionnaire. À terme, il pourrait injecter 10 milliards d’euros supplémentaires dans l’établissement.

Cette nationalisation fait partie d’une vaste réforme du secteur bancaire annoncée par le gouvernement vendredi 11 mai. Elle impose aux banques d’augmenter leurs provisions pour se protéger des pertes sur leurs prêts toxiques dans l’immobilier.

Une client ferme son compte. Photo publiée sur Lainformacion.com.

“À chaque fois qu’un client entrait pour demander une remise de dette, un deuxième arrivait pour menacer de fermer son compte”

Lola Fernandez fait partie du mouvement des Indignés. Elle est membre d’un groupe de travail sur le logement et a participé à l’organisation de la manifestation devant Bankia.

” Quand nous sommes arrivés devant Bankia, la police nous attendait. Après deux heures de négociations, les policiers ont fini par accepter de laisser entrer les clients, deux par deux. Ils leur ont demandé leurs papiers d’identité et ont noté leur nom, ce qui n’a pas manqué d’en effrayer certains. En fait, beaucoup d’Indignés ont eu à payer des amendes pour avoir pris part à des manifestations non autorisées. “

Un policier vérifie l’identité d’un manifestant. Photo publiée sur Lainformacion.com.

” Nous nous sommes organisés de telle manière qu’à chaque fois qu’un client entrait pour demander une remise de dette sur sa créance immobilière, un deuxième arrivait pour menacer de fermer son compte. La banque a noté toutes les réclamations des clients et nous attendons maintenant de voir ce qu’il va se passer. Avec un peu de chance, elle acceptera de négocier individuellement avec chaque client endetté.

Selon nos estimations, près de 50 personnes ont fermé lundi leur compte bancaire chez Bankia [Dans l’attente d’une réponse de Bankia, FRANCE 24 n’est pas encore en mesure de vérifier et confirmer ce chiffre], pendant qu’une centaine de personnes manifestait dehors. Il y a eu beaucoup d’autres fermetures de compte cette semaine dans différentes agences de Bankia. Selon nous, tous les Espagnols peuvent protester contre Bankia puisque le gouvernement va sauver cette banque avec l’argent du contribuable. “

Des policiers devant Bankia lundi 14 mai. Photo publiée sur Twitter par Osec.

” Bankia n’est pas la seule à mettre des gens à la porte de chez eux, mais nous avons voulu la cibler car elle est a été la plus sévère. À Madrid, c’est elle qui est à l’origine du plus grand nombre de saisies immobilières. Et de toutes les banques, nous trouvions que c’était la moins ouverte aux négociations pour réduire les créances des propriétaires. [En 2010, il y a eu 100 000 expropriations par les banques pour des créances impayées, soit quatre fois plus qu’en 2007. Avec l’explosion de la bulle immobilière, les banques sont devenues les premiers bailleurs du pays].

La loi espagnole prévoit que les banques saisissent la maison d’un propriétaire quand il n’arrive plus à payer son emprunt. Et si la vente de la maison ne couvre pas sa dette, il doit rembourser la différence. Avec la bulle immobilière, les banques n’arrivent pas à vendre ces biens à leur juste valeur donc les propriétaires sont contraints de verser beaucoup d’argent pour des maisons qu’ils ne possèdent plus. Nous voudrions que la loi change pour qu’un propriétaire saisi soit acquitté de sa dette. En même temps, nous faisons pression pour que les banques acceptent de négocier individuellement avec les propriétaires pour revoir leur dette à la baisse. Nous demandons aussi que les gens puissent rester habiter dans leur maison, moyennant un “loyer modéré” de 30 % de leur salaire, plutôt qu’elle reste vide, comme c’est le cas actuellement.

Les Espagnols sont très en colère contre la décision du gouvernement de renflouer Bankia après tout ce qu’elle a fait, alors accepter de négocier serait le minimum. Nous incitons tout le monde à replacer son argent dans des agences plus éthiques. “

Photo publiée sur Twitter par Elena Herrera.

France24

REALINFOS

Si on ajoute ces infos suivantes…

Fitch abaisse les notes de la Grèce à cause du risque de sortie de l’euro….

Fitch abaisse la note de 5 banques grecques à CCC contre B- ….

C’est fait,Moody’s abaisse la note de 16 banques en Espagne….

L’Espagne emprunte 2,494 mrd EUR à 3 et 4 ans, taux en forte hausse

Bankia : les clients retirent leur argent

Et bien on peu comprendre pourquoi

L’Europe est  au bord du suicide

Source : http://leveil2011.syl20jonathan.net/?p=14081

L’urgence, un prétexte de choix pour survacciner

18 Mai

On l’avait déjà vu avec la fausse pandémie de H1N1, l’urgence a bon dos pour faire accepter des vaccinations

On l’avait déjà vu avec la fausse pandémie de H1N1, l’urgence a bon dos pour faire accepter des vaccinations hasardeuses et même expérimentales.

L’urgence a bon dos aussi pour pouvoir prétendre après coup qu’  »on ne savait pas quelle serait la dangerosité du virus, qu’ il fallait agir et décider toute de suite et qu’on ne pouvait donc pas laisser la population démunie, sans aucun vaccin ».

Le paradigme faux et étroit qui consiste à la façon d’un conditionnement pavlovien, à limiter les réponses aux épidémies au seul développement de nouveaux vaccins, mène tout droit à une impasse de santé publique, où les problèmes ne sont jamais résolus, mais tout au plus reportés et encore, au prix d’un nombre inéluctable de victimes de graves effets secondaires.

Mais il est toutefois très important de comprendre les rouages d’un système aussi idéologiquement verrouillé et c’est pourquoi, nous allons donner un nouvel exemple de cette « stratégie des prétextes », qui fonctionne visiblement si bien en matière de survaccination.

L’exemple, tout à fait actuel, nous est donné par la justification officielle d’une vaccination systématique contre l’hépatite B, seulement quelques heures après la naissance, de tous les nourrissons américains et ce, même lorsque les mères ne sont pas infectées ou lorsqu’elles n’ont pas été préalablement dépistées!

Une page officielle du Centre de Contrôle des Maladies (CDC), instance sanitaire américaine officielle, répond ainsi de la façon suivante à cette question:

Pourquoi un nourrisson devrait-il recevoir le vaccin contre l’hépatite B à la naissance, avant de quitter l’hôpital, même si la mère est négative à l’antigène de l’hépatite B (HbsAg)?

Les nourrissons nés de mères infectées par l’hépatite B exigent l’administration du vaccin anti-hépatite B et d’immunoglobulines anti-hépatite B (HBIG) endéans les 12 heures qui suivent la naissance pour les protéger d’une contamination. Cependant, en raison d’erreurs et de retard qui peuvent survenir dans l’interrogatoire, l’analyse et les résultats du statut maternel des antigènes de l’hépatite B, administrer la première dose du vaccin anti-hépatite B peu après la naissance à tous les nourrissons, s’avère être une mesure sûre, réduisant le risque d’infection périnatale lorsque le statut maternel des antigènes HBs est soit inconnu soit incorrectement documenté au moment de son administration. Il a aussi été montré que débuter le schéma vaccinal contre l’hépatite B à la naissance accroît la probabilité que l’enfant reçoive le schéma vaccinal complet.

On invoque donc là aussi une fausse urgence pour tenter de légitimer une vaccination aveugle d’enfants très majoritairement non exposés à ce genre de maladie qui ne se transmet que par voie sanguine ou sexuelle (n’exposant ainsi significativement que les personnes qui ont des rapports sexuels homosexuels ou hétérosexuels ou qui recourent à des drogues injectables voire des transfusions sanguines). C’est du reste bien une fausse urgence puisqu’il est parfaitement possible d’obtenir un résultat sanguin rapide et fiable et que la proportion d’enfants infectés est extrêmement faible.

Dans le même temps, on affirme que cette façon de procéder, en vaccinant dès la naissance, est « sûre » mais sur quelle base scientifique dès lors que le système immunitaire d’un enfant n’est pas mature avant 6 ou 7 ans d’âge, que ces vaccins contiennent des substances notoirement toxiques comme l’aluminium ou le formaldéhyde et que l’évaluation de la sécurité des vaccins est biaisée en amont, avec le recours constant à de faux groupes placebos ?

Ian-vaccin.JPG

La tragédie du petit Ian Gromorski, décédé dans d’atroces souffrances suite à l’administration à sa naissance du vaccin contre l’hépatite B alors qu’il était pourtant né en parfaite santé, suffit déjà à démontrer qu’une telle vaccination, avec un vaccin transgénique qui plus est, ne peut jamais être honnêtement décrite de façon aussi anodine. Les risques de cette vaccination sont donc grandement minimisés, comme le montre d’ailleurs aussi le sort qui a été réservé au Pr Tardieu qui avait mis en évidence un risque accru de sclérose en plaques pendant 3 ans chez les enfants vaccinés avec l’Engerix B (aussi disponible aux USA) mais qui, sujet tabou oblige, fut « interdit de conférence de presse » selon le récit du journal Libération du 14 octobre 2008.

Hélas, tandis qu’on minimise les risques, on gonfle aussi la prétendue utilité du vaccin ainsi que la gravité statistique de la maladie et ce, depuis que l’OMS a décrété ultra nécessaire la vaccination universelle de tous les enfants en 1991.

C’est ainsi qu’une maladie qui était loin d’être la première préoccupation des médecins en charge d’une clientèle pédiatrique, s’est immiscée dans les cabinets. A force de lobbying. Et quel lobbying! Même les représentants des fabricants de vaccins l’avouaient publiquement alors à l’époque:  »En lien avec l’OMS, nous ouvrons des marchés!«

Une preuve éclatante que la demande de vaccination a été créée de toute pièce par les fabricants, en lien avec l’OMS qu’ils ont ainsi parfaitement su instrumentaliser, réside notamment dans les résultats implacables d’une enquête menée auprès d’un échantillon représentatif de médecins pédiatres et généralistes américains, destinée à évaluer leur perception de l’utilité d’une vaccination contre l’hépatite B chez les nouveaux-nés…

Hepatite-B-et-medecins--Sondage-.jpg

Affirmer en outre que la vaccination aussi précoce est un meilleur gage de compliance et d’adhésion des parents au schéma vaccinal complet est par ailleurs aussi cynique puisque cela implique en revanche des doses supplémentaires dues à l’immaturité du système immunitaire de si jeunes enfants. En effet, il faut savoir que chez le jeune enfant, une vaccination anti-hépatite B implique un minimum de 3 doses (en vaccins monovalents) alors qu’elle ne comporte à présent plus que deux doses chez l’adolescent ou l’adulte.  En plus, comme avoué par l’ONE, les vaccinations combinées (comme le vaccin hexavalent) exposent également à des rappels inutiles c’est à dire 4 doses de la valence hépatite B au lieu de 3.

Lorsqu’on sait que les enfants ne deviennent vraiment à risque de contracter la maladie qu’à partir de l’adolescence et des premières relations sexuelles (non protégées) mais que 50% des nourrissons vaccinés ne seraient plus protégés par la vaccination 15 ans plus tard, on ne peut que déplorer l’irrationalité scientifique totale d’une telle recommandation vaccinale chez les nourrissons. Que ça soit à la naissance ou dès deux mois, la vaccination à la naissance favorisant en fait davantage l’acceptation des parents parce qu’on profite de leur faiblesse due à l’émotion et à la fatigue propres à un tel événement mais aussi parce qu’une mesure proposée dans une certaine précipitation laisse toujours moins de place à la réflexion.

Source : http://www.initiativecitoyenne.be/article-l-urgence-un-pretexte-de-choix-pour-survacciner-105334785.html

Grèce : Lancement de la stratégie de la terreur en perspective de la campagne électorale

18 Mai

Si mes lecteurs veulent avoir une idée de ce qui va probablement se passer en Grèce au cours du mois qui nous sépare des nouvelles élections prévues le 17 juin prochain, je leur suggère de (re)visionner ma conférence « Faut-il avoir peur de sortir de l’euro ? » enregistrée voici un peu plus d’un an, en avril 2011.

Dans cette conférence, j’avais expliqué comment les européistes avaient tout mis en œuvre pour terroriser les Suédois, tout au long de l’année 2003, afin de les contraindre psychologiquement à voter Oui au référendum sur l’entrée de la Suède organisé le 14 septembre 2003 par le gouvernement de Stockholm.

Huit procédés d’intimidation avaient été mis en œuvre :

1°) une débauche de moyens étatiques, politiques, médiatiques et financiers en faveur du Oui ;

2°) la menace de l’Apocalypse promise par les plus hautes autorités publiques en cas de victoire du Non ;

3°) une orchestration de l’épouvante menée conjointement par le patronat et les dirigeants syndicaux ;

4°) le chantage public à l’emploi, de très grandes entreprises ayant menacé les Suédois de cesser leurs activités en Suède en cas de rejet de l’euro (à commencer par la plus grande société du pays, Ericsson) ;

5°) les appels du pied et les clins d’œil aux extrémistes de droite et de gauche ;

6°) la « psychiatrisation » des opposants (médias et commentateurs insinuant que les opposants à l’euro étaient des malades mentaux) ;

7°) l’exploitation indécente du mystérieux assassinat de la principale porte-parole du camp du Oui ;

8°) un sondage truqué, publié in extremis, pour faire croire que le Oui allait triompher (le Non l’a emporté à 57% des suffrages exprimés hors votes blancs).

Il va nous falloir examiner de près comment la campagne électorale qui s’ouvre en Grèce va se dérouler mais les premiers événements donnent à penser que tout ou partie de ces procédés vont être utilisés pour placer le peuple grecque sous terreur.

Au cours des dernières heures, les événements suivants sont déjà intervenus :

EN ANNONÇANT SA DÉCISION DE NE PLUS FOURNIR DE LIQUIDITÉS À CERTAINES BANQUES GRECQUES, LA BCE A SCIEMMENT PROVOQUÉ UN DÉBUT DE PANIQUE

Comme le très sérieux journal Les Échos vient de l’écrire sur son site, « la panique n’a pas encore totalement gagné la Grèce mais cela y ressemble ».

La Banque centrale européenne (BCE) a en effet confirmé avoir cessé de fournir des liquidités à certaines banques grecques sous-capitalisées. Du coup, des Grecs, de plus en plus nombreux, multiplient les retraits aux guichets des banques.

Bien entendu, le journal économique français y voit la preuve que les Grecs « sont de plus en plus nombreux à redouter une sortie de l’euro et un retour à la drachme ». Et il précise que « les Grecs souhaitent majoritairement rester dans la zone euro, même si 47,4% d’entre eux commencent à croire à l’éventualité d’une sortie, selon un sondage. »

DE FAÇON EXTRÊMEMENT INHABITUELLE, LE FMI A FAIT PUBLIQUEMENT SAVOIR QU’IL « SUSPEND SES CONTACTS
AVEC LA GRÈCE »

Le motif invoqué est que le FMI ne souhaite pas travailler avec le nouveau gouvernement nommé de manière transitoire pour expédier les affaires courantes.

Il n’en demeure pas moins que cette annonce inhabituelle ne peut faire l’objet que de surinterprétations et de supputations. Si l’institution de Washington avait voulu préserver la sérénité de la campagne électorale, il se serait tout bonnement limité à ne rien dire. On imagine assez volontiers les fantasmes d’isolement et d’apocalypse avec lesquels cette « suspension des contacts » peut être commentée par les grands médias du système en Grèce et en Europe.

LE PREMIER MINISTRE GREC SORTANT, M. PAPADEMOS,
VIENT DE PUBLIER UNE LETTRE POUR PROMETTRE LE « DÉSASTRE » EN CAS DE SORTIE DE L’EURO

Rappelons que M. Papademos, Premier ministre grec, n’a été élu par personne mais choisi par la Commission européenne et Goldman Sachs pour être le « dictateur » de la Grèce.

Dans une lettre rendue publique aujourd’hui, il prophétise la même Apocalypse que celle que ses congénères avaient promise à la Suède il y a 9 ans. Il affirme que « le rejet unilatéral des obligations contractuelles serait désastreux pour la Grèce et conduirait inévitablement le pays hors de la zone euro et probablement hors de l’Union européenne (UE) ».

Je ne suis évidemment pas d’accord avec le « désastre » promis mais je note avec intérêt que le Premier ministre grec souligne lui-même la corrélation entre « sortie de l’euro » et « sortie de l’UE’.

CONCLUSION : IL NE FAUT JAMAIS CÉDER À L’INTIMIDATION

Si j’avais un conseil à donner à nos amis grecs, ce serait d’examiner très précisément ce qui s’est passé en Suède à partir du 15 septembre 2003, lendemain du jour où le fier peuple suédois, digne de son histoire, a refusé l’euro et a préféré conserver la couronne suédoise. Depuis lors, la Suède a connu un taux de croissance économique 60% supérieur à celui de la France et près de 80% supérieur à celui de la zone euro (cf. ma conférence en ligne).

Il y a quelque 2 500 ans, la Grèce fut le premier pays d’Europe à inventer la démocratie.

Il faut espérer qu’au XXIe siècle, la Grèce sera fidèle à son histoire et qu’elle sera en conséquence le premier pays d’Europe à quitter le pillage programmé de l’euro et à se libérer de cette prison des peuples qu’est la prétendue « Union européenne ».

 

François ASSELINEAU
Président de l’UPR
www.u-p-r.fr
http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau

Source ; http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/grece-lancement-de-la-strategie-de-117011