Archive | Insolite RSS feed for this section

Piratage de DVD aux USA : papi fait de la résistance

18 Mai

Cette histoire est symptomatique et cruelle pour l’industrie du divertissement, ceux que l’on appelle les « ayant droits » par chez nous. Imaginez qu’un papi de 92 balais, Hyman Strachman, vient de se faire prendre la main dans le sac par les services de répression des fraudes américains : ce super patriote copie les DVD des grand films hollywoodiens depuis 8 ans et les envoie par la poste aux Boy’s coincés en Afghanistan ou en Irak. Mais pas un ou deux par ci par là, non, nous parlons, dans son cas, de 300 000 copies…

Le vieux bonhomme a investi dans un rack de sept graveurs, et passe au bas mot, selon l’article du Monde.fr, 60 heures par semaine à cette activité. Une fois ses copies hebdomadaires terminées, direction la poste du coin où il expédie par colis ses piratages, gracieusement distribués aux soldats sur place par les aumôniers de l’armée.

Pas de buisness dans cette histoire, juste un vieil homme qui compatit au sort des jeunes militaires loin de chez eux et leur envoie de quoi s’occuper. Alors ? Que fait Hollywood, que fait l’administration qui sans cesse rappelle que copier-c’est-voler ? Rien. Très embarrassés, il sont. Très, très. Parce que voyez-vous, quand c’est une personne d’un certain âge, qui plus est, « pirate » par patriotisme, qui veut aider les GI’s de l’Oncle Sam, et que c’est quand même pour la « bonne cause »…ben là, y’a plus personne pour aller passer les menottes au pirate.

Ce qui signifie bien une chose : la copie pour partage d’œuvres audio-visuelles, musicales n’est ni du vol, ni répréhensible. Elle est simplement une activité qui fait sens, qui relie les humains entre eux. L’échange non marchand de la « culture » est indispensable, crucial, central, indispensable. Parce qu’il nous permet de rester humains, c’est-à-dire d’être autre chose que de simples prédateurs avides, uniquement préoccupés par la protection de leurs intérêts et leurs profits personnels.

Espérons que cette histoire fera réfléchir ceux qui veulent interdire la circulation de la culture autrement que par les canaux commerciaux et industriels.

Source : http://reflets.info/piratage-de-dvd-aux-usa-papi-fait-de-la-resistance/

Quand Kodak possédait un réacteur nucléaire dans les sous-sols de son siège social

18 Mai

Quand on pense à «Kodak», on est plus enclin à penser «appareil photo» que «réacteur nucléaire». Pourtant, selon le site Democrat and Chronicle, Kodak avait depuis 1974 un réacteur nucléaire dans les sous-sols de son siège social de Rochester dans l’Etat de New York.

Selon le Huffington Post, le réacteur connu sous le nom de multiplicateur de flux de neutrons californium, ou CFX, servait à vérifier les produits chimiques et faire quelques essais de neutronographie, une technique d’imagerie. En 2003, Kodak a trouvé des moyens plus rentables que le nucléaire pour effectuer ses analyses. Ainsi, 1,582 kg d’uranium enrichi a été retiré du réacteur en 2007, et transporté dans un établissement fédéral de Caroline du Sud.

Bien que le rapport de 2007 de la US Nuclear Regulatory Commission indique que Kodak a exploité pendant trente ans l’uranium en toute sécurité, la question qui se pose, c’est pourquoi Kodak a gardé caché son réacteur nucléaire? D’après Albert Filo, un ancien chercheur de Kodak, l’existence du CFX n’était pas strictement un secret, mais pour des raisons de sécurité, «ce n’était pas très médiatisé». En revanche, les autorités locales n’étaient même pas au courant de son existence, indique Fox News.

Miles Pomper, chercheur au Centre d’étude pour la non-prolifération à Washington est même étonné que Kodak possédait de l’uranium en pleine Guerre froide. «Je n’ai jamais entendu parler de ce réacteur chez Kodak, c’est une situation étrange, car les entreprises privées n’avaient tout simplement pas accès à ce matériel.»

Neil Sheehan, un porte-parole de la US Nuclear Regulatory Commission, a déclaré au Los Angeles Times qu’il ne savait pas combien d’entreprises privées possédaient de l’uranium, mais que la situation de Kodak était rare.

Selon Ferenc Dalnoki-Veress, chercheur au Centre James Martin pour les études sur la non-prolifération de Monterey en Californie, il y a au moins 50 réacteurs analogues au réacteur de Kodak, situés principalement en Russie.

Source : http://www.slate.fr/lien/55007/kodak-reacteur-nucleaire-sous-sols-siege-social